La monnaie locale de la Haute Vallée de l’Aude a un nom…

Tout l’été le groupe travaillant sur la création d’une monnaie locale complémentaire pour la Haute-Vallée de l’Aude a poursuivi son chemin. Aujourd’hui, un an après le début de l’aventure collective, la monnaie a un nom : le SouRiant (la manière de l’écrire reste à choisir). Mais bien d’autres décisions stratégiques ont été prises.

Une réflexion et des débats ont été menés – notamment avec la participation de Philippe Derudder, l’instigateur des monnaies locales en France et de nos voisins ariégeois du Pyrène – afin de voir de quelle manière les monnaies locales complémentaires (MLC) pouvaient vivre et s’articuler avec l’arrivée récente, le 3 octobre 2016, d’une monnaie nationale complémentaire numérique, le Coopek.

Après avoir rencontré l’instigateur du Coopek, Gérard Poujade, nous avons pu mesurer les valeurs communes mais aussi les différences. Il a été donc décidé par le groupe du SouRiant de ne pas rejeter l’idée de coopérer avec cette monnaie numérique avec laquelle il est possible de créer une synergie tout en y insufflant l’esprit des MLC. Une commission s’emploiera donc à imaginer une articulation pertinente entre le SouRiant et le Coopek, pendant qu’une autre travaillera sur les visuels, les billets et la communication.

Par ailleurs, à ce stade, un rapprochement va s’opérer avec l’ensemble des autres MLC dans l’objectif de réaliser une mutualisation là où elle est possible et d’envisager une monnaie numérique commune et nationale, complémentaire aux monnaies fiduciaires (billets) locales, au cas où l’articulation avec le Coopek échouerait.

L’enjeu de cette monnaie nationale complémentaire est pour l’essentiel d’ouvrir en grand les échanges entre les entreprises afin d’étendre l’impact des monnaies papier et de leur permettre ainsi un modèle économique viable.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.